Pour la troisième fois, Antoine Buron revient donc à l’ASC. Mais cette fois, ce n’est plus en tant que joueur mais comme entraineur de l’équipe des  U 19. Il succède ainsi à Teddy Bertin.

Nous  avons demandé à Antoine Buron quels souvenirs il a gardé de l’ASC.  

 


« L'Amiens SC, c'est avant tout le premier club à avoir cru en moi, à m'avoir fait signer mon premier contrat professionnel alors que j'allais avoir…20 ans. Ce qui guidera le choix du numéro inscrit au dos de mon maillot.
« Parmi mes meilleurs souvenirs, l'un des plus forts restera mon premier match à Geoffroy Guichard. Saint-Etienne était encore en Ligue 2 et une grève des supporters (contre les matchs  décalés au vendredi) avait fait du Chaudron, l'espace de 10 minutes, un endroit silencieux…jusqu'à l'impressionnant réveil. Patrick Abraham avait pourtant fait son maximum pour me préparer la veille, suite au choix de Denis Troch de me faire confiance. Ce duo marquant et charismatique savait prendre l'ascendant psychologique sur l'adversaire.

 


La saison 2006/2007 restera une saison remplie d'excellents souvenirs. Nous finissons alors quatrième du championnat à l'issue d'un dernier match contre Le Havre où l'on a senti que toute la ville était derrière nous et attendait cette montée que nous n'avons malheureusement pas décrochée à … un seul petit point. Les résultats de Caen à Libourne étaient alors affichés sur le tableau de l'ASC et à la réaction du public, nous devinions le déroulement de leur match. 

 

« Autre beau souvenir. Celui de la saison avec Ludovic Batelli (et sa casquette), avec sa succession de
victoires. Avec lui, suivra la demi-finale de coupe de France contre le PSG lors de la saison 2007/2008. Une expérience incroyable. L'effervescence autour de la Coupe de France à Amiens est impressionnante, c'était déjà le cas en 2003/2004 en quart de finale contre Dijon.


« Au plan des entraineurs, chacun, de part sa personnalité, m'a apporté quelque chose de différent. Des rencontres marquantes m'auront permet d'avancer un peu plus à chaque saison et de construire la personne que je suis. Des anecdotes concernant chacun d'entre eux me restent gravées en mémoire.Tout comme les différents joueurs avec qui j'ai partagé le vestiaire.


Pour terminer, le souvenir qui s'inscrit dans la régularité au long de ces 5 saisons, c'est la relation particulière avec le public. Tout au long de ces 5 années, je me suis toujours senti soutenu, que ce soit pour pousser un peu
mon entrée en jeu, pour influencer l'arbitre à mettre un rouge au joueur adverse qui venait de me tacler. Ou simplement pour me féliciter d'une action qui l'avait enthousiasmé. Le public a toujours été derrière moi, à me
manifester son soutien. Cette relation particulière m'a aussi souvent permis de me transcender et de vouloir en donner toujours plus, d'avoir à coeur de faire le maximum pour ce maillot.

 

Quand on dit qu'un match se joue à des détails, un détail de 8000/9000 personnes est un détail important… Ces 5 années resteront assurément parmi les plus belles qu'on puisse rêver dans une carrière. Et la Licorne restera aussi un des plus beau stade, c'est une enceinte particulière. J'y ai vécu mes plus beaux matches, mes grands moments de football avec ce club et une équipe dirigeante avec qui j'ai toujours eu une relation de confiance. »

 

Antoine Buron  qui a signé son contrat ce mardi matin au centre de formation  s’engage donc vers un nouveau défi. Mais il connait déjà un peu cette fonction d’entraineur qu’il occupait ces derniers temps à Dieppe.

 

 

Propos recueillis par L.H.