C’est une lacune qui a été réparée ce mercredi après-midi, dans la salle de réception de la Licorne. 

L’hebdomadaire France Football est venu remettre à Régis Gurtner et Thomas Monconduit les trophées récompensant le meilleur gardien et le meilleur joueur de la saison. A chaque match, FF note tous les joueurs du match et  à l’arrivée et pour la première fois deux Amiénois sont en tête.  

 

Le journaliste Johann Tabau et un photographe avaient spécialement, effectué le déplacement d’Amiens.

Pour l’ASC, ce genre de récompense est relativement rare car il faut remonter à la fin des années 70, pour trouver trace d’un joueur ayant  reçu le  même trophée.

C’était Johnny Svrcek qui évoluait au poste de défenseur latéral droit.

 

 

Thomas Monconduit a failli arrêter le football

 

Meilleur milieu de terrain de la saison, Thomas Monconduit appréciait certes cet honneur mais il attachait plus d’importance au collectif. 

L’ancien joueur d’Auxerre, relancé à l’ASC après avoir connu des tas d’ennuis surtout physiques, avouait que ,depuis vendredi soir, il avait du mal à .. dormir.

« Trois jours après Reims, je suis toujours sur un nuage et j’ai du mal à dormir. Je dors tard et je me réveille tôt. C’est une sensation étrange et c’est vraiment bizarre. C’est difficile à expliquer.

Pendant deux jours, j’ai bien fêté et lundi je me suis un peu reposé. Je me trouvais dans un état de transes. J’ai reçu plein de messages mais je n’ai pu répondre à tout le monde sauf par les réseaux sociaux de manière collective.

« Ce qui nous arrive, c‘est extraordinaire. Le parcours que nous avons effectué est  formidable avec des revanchards, des mecs qui étaient au chômage, d’autres  qui jouaient en CFA. C’est fantastique ce que nous avons construit en deux ans. Nous allons rester humbles. Ce que nous démontrons, prouve que nous n’avons pas besoin d’une tonne d’argent pour réussir.

« Je dis merci à John, au coach, au président qui m’ont toujours soutenu dans les moments difficiles. Ils ont cru en moi. Je remercie tout le club.

« J’ai eu des moments difficiles. En National, j’ai voulu arrêter. Je souffrais et mon niveau de jeu ne me plaisait pas. Je pensais ne jamais le retrouver. A ce moment là, le coach était très à l’écoute. Il m’a laissé quatre jours pour réfléchir et me décider. C’était après la défaite d’Orléans. Quand je suis revenu, j’ai dit au coach que j’étais prêt à me battre. J’avais vu des amis qui m’avaient dit de ne pas lâcher. » On connait la suite.

 

Régis  Gurtner : « Un gardien n’est rien sans le groupe »

 

Non élu par l’ UNFP, Régis Gurtner a été logiquement primé par les journalistes de FF.

« D’abord, je n’éprouve pas de sentiment de revanche, reconnait le gardien amiénois. Cette récompense, c’est le travail de toute une équipe avec tout ce que nous avons réalisé cette saison. Certes, c’est toujours  valorisant de recevoir un trophée individuel mais je garde toujours en moi l’esprit collectif. Un gardien n’est rien sans le groupe. Je ne boude pas mon plaisir et cela me fait chaud au cœur. 

« Comme Thomas et surement mes équipiers, j’ai du mal à dormir la nuit. C’est particulier comme sensation. »

Thomas Monconduit et Régis Gurtner vont maintenant profiter de vacances bien méritées avant de reprendre l’entrainement fin juin.

Lionel Herbet