C’est arrivé alors que le match se terminait et les Amiénois semblaient partis pour rester en Ligue 2. Et puis sur un ultime coup franc, la balle  arrivait dans les pieds d’ Emmanuel Bourgaud qui d’une frape très pure devait inscrire le but victorieux, le but de la montée. 

Alors, le stade Delaune s’est enflammé et ce fut une véritable folie.

Pour la première fois de son histoire, l’Amiens SC parvient donc dans la cour des grands.

Parfois, l’histoire se répète mais à l’envers. Ainsi, voici quelques années, le Stade de Reims était venu gagner son billet pour la L1 tandis que l’Amiens SC se voyait rétrograder en National.

Cette fois, ce vendredi 19 mai, c’est tout le contraire qui se produit puisque les Amiénois viennent chercher à Reims leur sésame pour la L1.

Une bonne heure  avant le coup d’envoi, le président rémois J.P. Caillot, toujours affable, remarque « qu’en football, tout peut arriver et qu’il ne faut jamais se décourager ».

Des propos repris peu après par l’adjoint de Michel Der Zakarian Franck Rizzotto, ami de Christophe Pélissier. 

Oui, l’amitié, cela existe chez les entraineurs. 

Visiblement, il est heureux de voir que l’ASC est à une marche seulement de la L1. Pour Rizzotto, la L1 il va la retrouver la saison prochaine puisqu’il sera encore l’adjoint de Der Zakarian, à Montpellier. 

De son côté, Reims sera entrainé par le responsable du centre de formation David Guion.

Le stade Delaune est encore relativement calme  trois quarts d’heure avant le coup d’envoi. Les cars arrivent sur place et les supporters , estimés à quatre mille, ne vont plus tarder à se manifester. Ce qui se fait exactement et dès lors, le  stade Delaune est Amiénois à 100% ou presque.

Les joueurs de l’ASC sont arrivés au stade et fait une rapide connaissance avec la pelouse qui est arrosée. 

Et puis, rapidement, tout le monde repart au vestiaire pour les dernières recommandations de Christophe Pélissier.

Dans l’équipe, peu de surprises si ce n’est le retour en attaque de Kamara à la place du jeune Koita.  Lorsque les Amiénois viennent s’échauffer, ils sont acclamés par leurs supporters qui sont vraiment chez eux et tiennent à le faire savoir.

« On est chez nous et nous allons gagner» scandent à tout rompre les supporters qui applaudissent le speaker qui rend hommage à Julien Ielsch, ancien joueur du Stade de Reims. Les Amiénois démarrent pied au plancher et Monconduit alerte Soumah qui, du pied gauche, expédie un tir superbe que le gardien repousse (2e). Juste après, El Hajjam est victime d’un tacle appuyé et il accuse le coup. 

Les Amiénois reprennent leur marche en avant et Manzala déborde sur la gauche et adresse un centre que Mendy repousse encore. Encore une action qui échoue à l’ASC mais pour peu de temps.

Kamara ouvre le score

Et puis, Kamara part sur la gauche et décoche un tir qui parait anodin à ras de terre.

Le gardien rémois Carrasso est surpris car la balle lui passe entre les jambes : 1-0. Le public est transcendé car à cet instant, l’ASC est bel et bien en Ligue 1. 

La rencontre s’anime peu avant la demi-heure de jeu lorsqu’un attaquant rémois réclame un penalty ce que ne siffle pas l’arbitre. On apprend alors que Lens a fait le large contre Niort et mène déjà 3-0.  L’ASC frôle la correctionnelle lorsque Metanire tire sur la barre (34e).

Les Rémois se font de plus en plus pressants avec leur jeu court et souvent précis.

Au repos, les Amiénois mènent 1-0 et il  reste 45 minutes pour aller au Paradis alors que Strasbourg, Lens et Brest mènent eux aussi au score. Dès la reprise, Kamara se présente deux fois devant Carrasso mais échoue à chaque fois. Pourvu que ces occasions ratées ne fassent pas mal ensuite. C’est ensuite un coup franc de Soumah de raser  la barre rémoise.

Le match est palpitant car chaque équipe est en mesure de marquer. Dans les tribunes, le public amiénois est déchainé.

Malheureusement, Reims égalise par Diego qui arrive au 2e poteau et reprend un centre venu de la droite : 1-1 (62e). D’un seul coup, l’ASC se retrouve 4e au classement. A un quart d’heure de la fin, rien n’est toutefois joué alors qu’on perçoit quelques signes de nervosité chez les Amiénois. Koita remplace alors NDombelé en attaque. Les Amiénois tentent le tout pour le tout. Mais ce sont les Rémois qui ratent le but de la victoire. Les esprits s’échauffent sur le terrain alors que Bourgaud remplace Soumah. Ce même Manu Bourgaud qui va offrir ce butvictorieux synonyme d’accession. Alors le stade a été envahi par un public en folie qui chante : « On est en Ligue 1 ». les joueurs laissent éclater leur joie. Personne n’oubliera ce vendredi 19 mai 2017.

Reims- Amiens SC : 1-2 (0-1)

Arbitre M. Brisard

Buts : Kamara (13e), Bourgaud (90+5) pour Amiens ; Diego pour Reims (62e).

Avertissements : Kankava (7e), Piechocki (68e) à Reims ; Dibassy (44e) à Amiens.

Expulsion de Berthier à Reims (89e)

Stade de Reims : Carrasso- Metanire, Jeanvier, Weber, Traoré-  Kankava, Rigonato Diego, Rodriguez puis Baldé (54e), Piechocki puis Da Cruz (72e)- Oudin, Berthier.

Entraineur Michel Der Zakarian

AmiensSC : Gurtner- El Hajjam, Adenon, Dibassy, Ielsch- Monconduit (cap), Soumah puis Bourgaud (83e), Charrier puis Fofana (57e), NDombelé puis Koita (77e)- Kamara, Manzala.

Entraineur  Christophe Pélissier.

-Ce samedi à 18 heures, l’Amiens SC (B) se déplace à Saint Ouen l’Aumone pour son dernier match de cham--pionnat de CFA 2. Coup d’envoi 18 heures.

- Parmi tant d’autres, deux messages de sympathie pour les joueurs de l’ASC qui nous sont parvenus avant le coup d’envoi : Patrice Rognon, ancien Conseiller technique régional de judo et l’ancien défenseur central de l’ASC l’Argentin Fernando Casartelli qui vit désormais à Buenos Aires.

Auteur L.H.