Bien sur que Christophe Pélissier était un des hommes les plus sollicités par les médias après cette troisième accession (deux à Amiens et une à Luzenac). L’homme restait pourtant serein mais on devinait quand même une sorte de joie intérieure.  « C’est quelque chose d’exceptionnel, soulignait-il. Du rarement vu. Franchement, on ne peut raconter  les émotions que nous venons de vivre.  C’est irrationnel. »

As-t-il été inquiet durant le match ? Etait-il renseigné sur l’évolution des scores sur les autres terrains ? « Paradoxalement, non, je n’ai pas été inquiet. Dans ma causerie avant le match, j’avais dit aux joueurs qu’il se passait toujours quelque chose d’irrationnel. Etant donné que nous étions dans une bonne dynamique, cela pouvait tourner en notre faveur. C’est arrivé.

Je l’ai souvent dit : c’est une équipe de braqueurs car ils réussissent un hold- up partout où  ils passent. On l’a vu ce soir et je pense que notre accession est méritée car nous avons gagné à Lens, à Brest. Combien de matches avons nous gagné après la 85e minute ? Je ne m’en souviens plus. Non je n’étais au courant que d’une chose :Troyes était mené 2-0 au repos. »

Et maintenant, que va-t-il faire ce week-end ?

« Je pense d’abord que ce week- end va être dur. Mais rapidement, il va falloir se pencher sur la préparation de la saison prochaine. Tout va vite dans le football. Je pars en vacances le 31 mai. » 

Enfin, que pense-t-il de la Ligue1 ?

« La L1 un autre monde, je vous le dirais après la première journée. Mais laissez  nous profiter de ces moments qui sont grandioses avec ce public qui a été merveilleux. »

Enfin, l’entraineur de l’ASC remercie tous ceux avec qui, il a travaillés.

« Le boulot du staff qu’il soit technique ou médical a été extraordinaire.

C’est tout un ensemble et je tiens à les remercier du fond du cœur. Quand on vit bien ensemble, on joue bien ensemble. Et cela donne des émotions et des joies comme celles de ce soir. »

Lionel Herbet