Thomas Monconduit fait partie de ces joueurs qui ont retrouvé la grande forme à Amiens après avoir connu une période difficile. 

En ce qui le concerne, le capitaine amiénois avait été opéré pour une pubalgie et on sait qu’il est toujours délicat pour un sportif de haut niveau, de revenir au top.   

Tout le mérite en revient à John Williams, l’homme qui a osé à l‘ASC et qui a fait venir des joueurs dont on ne voulait plus ailleurs. 

Thomas Monconduit est donc le leader de cette superbe équipe amiénoise  qui a, sans cesse, déjoué tous les pronostics. 

Au point qu’aujourd’hui, l’ASC est aux portes de la L1.

A moins de 48 heures de cette ultime rencontre au stade Delaune, Thomas Monconduit reste  très serein.

«   L’état d’esprit est tout à fait normal et nous ne sommes pas plus stressés que d’habitude. Au final, çà reste un match de football. Vous savez, nous avons déjà vécu ce genre d’évènement la saison passée. 

« Nous savons comment gérer la situation même si le niveau est différent. 

Il ne faut surtout pas penser à l’enjeu mais au jeu. 

Je suis de nature assez calme. J’attends le match avec sérénité. Je pense que le stress sera présent quelques heures avant le match mais  il sera vite évacué . 

« Maintenant, nous préparons ce match de Reims comme les autres. 

« La force de notre équipe est incontestablement le collectif. Du reste, nous l’avons vu lors des Trophées de l’ U N F P puisqu’aucun Amiénois n’a été retenu. Après tout, c’est normal car je le répète, le collectif prime sur l’individu. Je vais vous dire : personnellement, je préfère que les Trophées aillent pour les autres et que l’ASC monte en L1. » 

Que de chemin parcouru quand même pour les Amiénois depuis ce premier match de championnat, début aout à la Licorne ! Match terminé sur un nul et qui selon Thomas Monconduit « Amiens aurait remporter, même si Reims s’était vite retrouvé à dix. 

« Ce vendredi, ce sera un gros match et sur le terrain, les Rémois ne seront pas démobilisés. Ils ont de la fierté  et ils voudront nous battre. 

Ce qui nous arrive, ce qui m’arrive, c’est fantastique. 

« Je remercie tout le monde,  le club, le président, le docteur, John. Ils ont toujours  été présents  et je n’oublierai jamais que le club était près de moi quand j’ai perdu mon père. J’ai trouvé que l’ASC était le club parfait pour me relancer ».

Auteur L.H.