Une mascarade. 

Une honte. 

Ne mâchons pas nos mots après la soirée des Trophées de l’UNFP qui ont complètement ignoré la superbe saison,  réalisée par les joueurs et le staff de l’Amiens SC. 

Que faut-il faire pour être reconnu au niveau national. Il y avait déjà en début de saison la comparaison avec les chèvres mais là, quand même, il fallait le faire. 

Ne pas retenir dans le lot des quatre meilleurs entraineurs Christophe Pélissier, c’est un oubli très grave. 

« Mais je respecte le vote des gens qui ont voté », souligne Pélissier.

Ne pas reconnaitre que Régis Gurtner est le meilleur gardien de L 2 est une erreur monumentale. Là aussi, faut-il que Régis fasse encore plus d’arrêts miraculeux ? 

Enfin, ne pas retenir un seul joueur amiénois dans le onze type est vraiment injuste. 

Après tout, l’ASC est peut-être victime de sa propre philosophie. On le sait, Christophe  Pélissier n’a qu’un seul mot : le collectif.

Alors à Paris, on s’est dit : puisqu’Amiens prône le collectif et que ces Trophées UNFP n’ont pas de récompense prévue, alors on est allé au bout de la logique. Il  n’y aura aucune individualité honorée. Les  joueurs ont en tout cas trouvé dans ces votes UNFP des raisons supplémentaires de se battre vendredi à Reims.

Auteur L.H.