Ainsi donc, à deux journées de la fin d’un championnat passionnant à souhait, les Amiénois ont leur destin dans  .leurs pieds. 

S’ils remportent leurs deux derniers matches, quoiqu’il arrive, ils seront au pire troisièmes. Mais dès ce vendredi, il faudra battre Laval, équipe certes déjà condamnée à la relégation mais qui ne viendra pas à la Licorne, en victime expiatoire. 

« C’est pour cette raison que je pense que le match sera difficile, indique Christophe Pélissier. Laval n’est  pas démobilisé et voudra ne pas être ridicule dans un stade plein. Mais nous n’allons pas nous occuper de notre adversaire. A nous d’être performants ». 

D’être performants et si possible d’éviter d’encaisser un but d’entrée, comme ce fut le cas, ces derniers temps à Sochaux, Brest, Ajaccio et Clermont. 

Pour  ce match contre Laval, l’ASC sera privé de Kamara qui est suspendu pour un match, son sursis étant tombé et Junior Tallo,  pas remis physiquement. 

Il y aura 17 joueurs retenus parmi lesquels Réda Rabeï et le jeune Koita dont nous avons mentionné qu’il avait été appelé par l’entraineur pour s’entrainer cette semaine avec les pros. 

Rien ne dit qu’il sera appelé en cours de match mais pour ce jeune joueur, originaire du Niger et arrivé fin décembre à l’ASC, c’est une belle marque de confiance.

Christophe Pélissier va tabler comme d’habitude sur le collectif.

C’est sa marque de fabrique. Il ne va pas changer. Il reste aussi serein face à ce déferlement de louanges, sincères ou non. Pour Pélissier, « tous ces compliments, cela ressemble un peu à des somnifères ». Encore une image qui sied parfaitement au personnage. Et de conclure en salle  de presse « que l’ASC a quelque chose à aller chercher ». Objectif exceptionnel quand on mesure le chemin qui a été parcouru pour y arriver.

Régis Gurtner

« Avoir son destin en main, c’est bien »

Le gardien Régis Gurtner est venu le dernier en salle de presse. Fringant et d’une rare élégance. Le gardien amiénois qui figure parmi les quatre nominés par l’UNFP pour être le meilleur gardien de cette saison, est à la fois confiant et méfiant. 

Confiant car il estime « qu’avoir son destin en main, c’est bien ». Mais il n’a pas oublié Belfort et ce dernier match de la saison passée où l’ASC avait eu toutes les misères du monde avant de s’imposer. Il aimerait aussi qu’il n’ait pas à aller chercher le ballon dans ses filets comme ce fut trop souvent le cas ces derniers temps. 

« Il faut donc que nous soyons concentrés et que nous mettions les ingrédients pour s’imposer ». 

Enfin, Régis Gurtner a eu Thierry Goudet,  comme entraineur au Havre. Il sait qu’il ne lâchera pas et il va motiver ses joueurs pour qu’ils fassent honneur à leur métier. 

Michel Jazy au coup d’envoi

Pour ce match, le coup d’envoi sera donné par un immense ancien champion. 

Il s’agit en effet de Michel Jazy, médaillé d’or sur 1500m aux Jeux Olympiques de Rome en 1960, plusieurs fois  recordman du monde sur 1500 et 3000m. Michel Jazy a reçu la Légion d’Honneur en 1966 par le Général de Gaulle. Nul doute que le public de la Licorne saura réserver à ce champion, une belle ovation.

Deux autres champions picards seront présents afin d’encourager les joueurs amiénois : Corentin Ermenault, cycliste professionnel et Johann Duhaupas, un des meilleurs boxeurs poids lourds au monde.

Ce vendredi à 20h30 à la Licorne

Amiens SC- Laval

Auteur L.H.