C’est une fois encore le propos qu’a employé Christophe Pélissier lors de la conférence de presse, ce mercredi midi, à la veille du départ des joueurs pour Sochaux. 

 

 

On connait le principe immuable  de l’entraineur amiénois pour qui l’équipe ne se résume pas seulement aux onze joueurs qui sont sur le terrain. Les remplaçants ont leur mot à dire tout comme ceux qui, en ce moment, sont sur le flanc. A ce sujet, Guy NGosso a un rôle essentiel dans la vie du groupe. 

 

 

Pélissier revient sur ces principes : 

« Nous jouons à 16 et un match se construit ». C’est aussi simple que cela.

Après avoir donné des nouvelles du groupe (Junior Tallo est incertain), l’entraineur est revenu sur le match d’Ajaccio et sur le prochain adversaire.

 

« Contre Ajaccio, il y avait la qualité de l’adversaire mais nous avons manqué de mobilité. Le  but de Tallo a constitué un vrai déclic dans les têtes ».

 

Quant à Sochaux,  ce ne sera pas simple du tout. 

« Sochaux est une équipe qui devra se faire pardonner après une saison moyenne ». 

 

 

En cette fin de saison où les organismes sont fatigués, il faut tenir compte des blessures et comme le plus souvent dans un sprint final, l’équipe qui sera la plus forte mentalement  et affichera les meilleures ressources, l’emportera. De ce côté, l’ASC est bien armé psychologiquement.

Enfin, n’oublions pas qu’à Sochaux, serotn présents deux anciens de l’ASC Touzghar et Andriatsima.

 

 

Auteur L.H.